Critique vitale/vitalité de la critique – 2018-2019

Séminaire d’actualité éditoriale (CIEPFC)

Organisé par Arto Charpentier (République des Savoirs/ED540) et le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine (CIEPFC).

Programme

Parler de « vitalité de la critique », c’est ouvrir un champ de recherche général, celui de la diversité des formes et des modalités du geste critique aujourd’hui. Par « critique », nous entendons d’abord la critique sociale, sans nous interdire d’interroger son lien avec la critique esthétique et la critique épistémologique. Notre hypothèse de travail est qu’il y a dans les enjeux propres au vivant l’un des points les plus à vif des élaborations critiques aujourd’hui.

Nous comptons éprouver cette hypothèse au contact de parutions récentes qui croisent une réflexion sur le geste critique avec une attention aux enjeux propres au vivant, tels que la vulnérabilité des vies, l’expérience de la pathologie, le soin et la pratique médicale, l’articulation du biologique et du social ou encore l’écologie – que ces ouvrages relèvent de la philosophie proprement dite ou bien d’une démarche interdisciplinaire. Le but est ainsi d’esquisser un panorama des enjeux vitaux de la critique aujourd’hui.

Dernière séance :   lundi 3 juin 2019, 18h-20h, salle 235A

Didier Fassin, anthropologue et médecin, professeur à l’Institut d’Etudes Avancées de Princeton et directeur d’études à l’EHESS, viendra présenter son dernier livre, La Vie. Mode d’emploi critique (Seuil, 2018).

Dans cet ouvrage issu des conférences Adorno, Didier Fassin croise des références philosophiques sur les formes de vie (empruntées à Canguilhem, Foucault, Arendt, Wittgenstein, etc.) avec des développements issus de ses recherches de terrain, pour interroger les inégalités entre les vies dans le monde contemporain.

Cette séance sera également l’occasion d’évoquer le plaidoyer de Didier Fassin en faveur d’une anthropologie critique ainsi que sa réflexion sur les circulations conceptuelles entre philosophie et anthropologie.

Références :
– Didier Fassin, La Vie. Mode d’emploi critique, Paris, Seuil, 2018.
The Endurance of Critique, Anthropological Theory, vol. 17, no 1, mars 2017, p. 4-29.

Retrouver le temps perdu : La philosophie franco-italienne au XXème siècle

23 Novembre, Salle Paul Langevin (29, Rue d’Ulm)

14.30- 15.00 Judith Revel – « Ce que l’histoire fait à la philosophie : différences franco-italiennes”

15.00- 15.30 Massimo Donà – “Le temps comme verité”

15.30 – 16.00Francesca Musto – « Severino à Elée, baie d’eternité”

16.00 – 16.30 Pause

16.30 – 17.00 Andrea Bellantone – “Temps et acte selon Louis Lavelle”

17.00- 17.30 Pauline Iarossi – “Temps, avenir et autocensure”

17-30 – 18.00 Débat

24 Novembre, Salle 236 (29, Rue d’Ulm) 

10,30 – 11.00 Inga Romer – “L’aporicité du temps à l’intérieur du présent élargi – Husserl, Derrida, Ricœur“

11.00- 11.30 Lorenzo Nuscis “Histoire et histoire de la philosophie chez Deleuze’

11.30 – 12.00 Pause

12.00 – 12.30 Francesco Valagussa : “Proust, Gentile and the problem of the past »

12.30 – 13.00 Federico Croci ’Ex nihilo cogitatio. Le problème du temps chez Giovanni Gentile’

13.00 – 14.00 Débat

Séminaire doctoral Philosophie française contemporaine

Joaquim Hernandez-Dispaux, Jean Leclercq, « Le problème de l’existence. Enjeux et perspectives »

Résumé

S’il y a un problème de l’existence, c’est essentiellement parce que l’existence est non pas un problème mais « le » problème, soulignait Frédéric Worms dans sa Philosophie en France au XXe siècle (Paris, Gallimard, 2009). Tenter d’y répondre, penser le paradoxe – comme l’on fait les auteurs du « moment » de l’existence à la suite de Kierkegaard – c’est assumer une tâche infinie qui ne débouche donc jamais sur aucun résultat mais bien une diversité de solutions lesquelles se tiennent inéluctablement toujours quelque part dans l’inachevé.

Philosophie et mathématiques au tournant du XVIIIe siècle : perspectives nouvelles

Journée d’étude internationale Philosophie et mathématiques au tournant du XVIIIe siècle : perspectives nouvelles

30 septembre 2016
Salle Paul Langevin (29 rue d’Ulm, 75005 Paris)

Organisée par Marco Storni (USR 3608, ENS, Paris – Università di Bologna)

Programme :
8:30 – 9:00 Introduction aux travaux par Sophie ROUX, professeure d’Histoire et philosophie des sciences à l’ENS de Paris
Session 1 / Chair : Marco Storni
9:00 – 9:45 Andrea DI BIASE (Università di Bologna)
« Une route nouvelle dans un champ tout hérissé d’épines ». Savants et artisans chez Pascal
9:45 – 10:30 Jip VAN BESOUW (Vrije Universiteit Brussel)
Mathematical evidence and the method of mathematics in ’s Gravesande’s (natural) philosophy
10:30 – 11:00 Pause café
Session 2 / Chair : Andrea Strazzoni
11:00 – 11:45 Ange POTTIN (ENS Paris) Mathématisme et tourbillons dans les Principes de la Philosophie de Descartes
11:45 – 12:30 Yannick VAN DEN ABBELL (Vrije Universiteit Brussel) Euler and Maupertuis on the principle of least action
12:30 – 14:00 Pause déjeuner
Session 3 / Chair : Jip Van Besouw
14:00 – 14:45 Diego DONNA (Università di Bologna)
Comment sortir du labyrinthe : Condillac critique de Spinoza. Entre mos geometricus et langue des calculs
14:45 – 15:30 Andrea STRAZZONI (Università di Parma)
A Mathematical Foundation for Experimental Evidence ? ’s Gravesande facing Spinoza and Leibniz
15:30 – 16:00 Pause café
Session 4/ Chair : Diego Donna
16:00 – 16:45 Marco STORNI (ENS Paris – Università di Bologna) Mathématisme philosophique et langage algébrique entre Maupertuis et Wolff
16:45 – 17:30 Elise FRKETICH (KU Leuven)
Kant and Wolff on Induction and the Mathematical Method

Philologie(s) de l’avenir – 2016-2017

Séminaire doctoral 2016/17

Organisé par Francesca Musto (ENS-San Raffaele, Milan) et Julian Boonen (ENS)

Première séance – Jeudi 20 octobre 2016 de 14h à 16h : BOONEN, Julian (Doctorant ENS. ED540 – Centre Jean Pépin : « Qu’est-ce la philologie de l’avenir ? Quelques mots. » / MUSTO, Francesca (Doctorante ENS. ED540 – Centre Pays Germanique & Università Vita-Salute San Raffaele – Centre Diaporein) : « Emanuele Severino ou le retour à la baie d’Élée. »

Deuxième séance – Jeudi 17 novembre 2016 de 14h à 16h : STORNI, Marco (Doctorant ENS. ED540 – République des savoirs) : « ’’Virtus, recludens immeritis mori cœlum, negata tentat iter via’’ : Bernoulli critique de Newton critique de Descartes. »

Troisième séance – Jeudi 15 décembre 2016 de 14h à 16h : THUMSER, Jean-Daniel (Doctorant ENS. ED540 – Pays Germaniques/Archives Husserl) : « L’écriture de soi : le phénoménologue et le cerveau. » / PAULIZZI, Laura (Doctorante ENS. ED540 – Pays Germaniques/Archives Husserl) : « L’avenir du devenir entre Héraclite et Hegel. »

Quatrième séance – Jeudi 19 janvier 2017 de 14h à 16h : LAUNOIS, Xavier (Ancien élève de l’ENS – Histoire et théorie des arts) : « L’anti-épique. Une satiro-critique, par les œuvres, du spectaculaire. Esquisse de théorisation. »

Cinquième séance – Jeudi 16 mars 2017 de 14h à 16h : ROUQUET, Tristan (Doctorant Paris Ouest Nanterre La Défense. ISP – Labex : Les passés dans le présent) : « Une introduction à la sociologie de la littérature : le cas des écrivains ayant collaboré. » / IAROSSI, Pauline (Doctorante Paris IV Sorbonne. ED5 – Concepts et langages) : « Mutations des concepts et autocensure. »

Sixième séance – Jeudi 20 avril 2017 de 14h à 16h : PELAGALLI, Paola (Doctorante Paris III Sorbonne Nouvelle. ED 267 – Institut d’Études Théâtrales) : « Le pouvoir de l’art dramatique. Le théâtre comme « psychothérapie sociale ». »

Septième séance – Jeudi 18 mai 2017 de 14h à 16h : BOONEN, Julian (Doctorant ENS. ED540 – Centre Jean Pépin) : « Nietzsche, le philologue de l’avenir : l’héroïsme des humanités. » / MUSTO, Francesca (Doctorante ENS. ED540 – Centre Pays Germanique & Università Vita-Salute San Raffaele – Centre Diaporein) : « Considérations conclusives. »