Accueil > Appels d’offre > Appels d’offres extérieurs > Appel à communications Philo’Doctes : "Silence et langage"

Appel à communications Philo’Doctes : "Silence et langage"

Journées d’étude Philo’Doctes *Silence et langage* 30-31 mai 2017

Le langage, c’est ce qui se dit. Le silence, à l’inverse, ne se dit pas ;
c’est même l’absence de tout dire. Faut-il alors opposer les deux
concepts ? Ce n’est pas si évident. Que l’on songe à l’alternance
raisonnable entre silence et parole que brise Beckett dans ses pièces, ou à la composition d’un morceau de silence ininterrompu mise en œuvre par Cage, que l’on songe à l’expressivité d’un geste, ou encore au sentiment que “les mots nous manquent” dans certaines situations, on serait tenté d’affirmer que si rien n’est *dit* dans le silence, celui-ci semble bien *vouloir dire* quelque chose. Vouloir dire sans rien dire – est-ce vraiment possible ? En quel sens ? De quelle manière ? L’obscurité initiale de cette question suggère que l’articulation entre le langage et son autre – le silence – posent des problèmes conceptuels importants. C’est autour de ce rapport problématique entre silence et langage que nous voudrions organiser ces journées d’étude. Notre ambition est de faire dialoguer entre elles les différentes traditions de la philosophie, et en les encourageant à intégrer au débat des apports d’autres disciplines, telles que la linguistique, la biologie ou les neurosciences. Nous pourrions envisager ce questionnement de la relation entre silence et langage sous au moins trois angles différents.

D’une part, on pourrait considérer le silence qui coexiste avec la parole
et qui est intrinsèque à tout langage verbal. Non seulement le silence est
la condition de l’écoute et de la communication, mais il peut être aussi signifiant par lui-même : ce serait le silence volontaire de celui qui se tait, mais pour signifier quelque chose de déterminé, qu’il pourrait également exprimer par le langage verbal. Dans ce contexte, la question du rapport entre silence et langage pourrait porter sur le rôle du silence dans la communication ; sur la possibilité de traduire ce silence en mots ; ou encore sur la tentative de représenter le silence dans d’autres langages et de le fixer par l’écriture.

D’autre part, nous pourrions considérer le silence comme l’échec de la
parole, comme ce qui se substituerait à elle, en exprimant les limites du
langage verbal. Le silence signifierait encore quelque chose, mais cette
signification ne renverrait qu’à l’impossibilité de l’expression verbale,
ou bien à l’objectivation du sens dans un langage codifié. Le silence serait en ce sens le refus du recours au signe verbal. Un refus qui pourrait être volontaire, si l’on songe à l’adage wittgensteinien sur la nécessité de se taire sur ce dont on ne peut parler, ou qui pourrait être involontaire, lorsqu’il est dicté par l’impossibilité de s’exprimer. Certains philosophes (tels que Heidegger, Levinas, ou Gadamer), en invoquant cette expérience d’un sens ineffable, intraduisible en mots, finissent presque par brouiller les limites entre silence et langage. À la place, ils introduisent un langage originaire, éthique ou ontologique, qui rendrait possible l’articulation du sens par les mots, mais qui ne serait pas lui-même exprimable par des mots. Peut-être que, dans ce domaine, le questionnement sur la représentation artistique permettrait de montrer comment l’art, avec le langage qui lui est propre et qui parfois insiste explicitement sur le silence, peut se situer face à cette impossibilité de l’expression.

Enfin, nous pourrions envisager le silence comme l’absence de la parole,
c’est-à-dire comme ce qui précède l’émergence de la parole et d’un système de signes codifié. Dans ce cas, il ne s’agirait pas tant de se référer au rapport entre le silence et le langage déjà constitué, mais plutôt d’interroger les concepts de sens et de signification indépendamment de la parole. Ce type de questionnement pourrait retracer, par exemple, les conditions et la genèse de la parole elle-même dans les gestes corporels et dans la voix. Ou alors, il pourrait se focaliser sur les implications de l’émergence de la parole pour la pensée et le sens, en essayant de décrire les modifications que la parole apporte dans notre rapport au monde, dans la formation des concepts, ou dans la possibilité de la réflexion. On peut songer, à cet égard, à l’explication de l’origine des langues envisagée par Rousseau, à la genèse de la parole dans le geste retracée par Merleau-Ponty, au rôle déterminant de la réflexivité de la voix analysé par Mead, et de manière plus générale au problème de la différence entre l’homme et l’animal, lorsque ce dernier est défini comme un être dépourvu de *logos*.

Ces axes de questionnement ne sont pas, bien entendu, ni exclusifs ni
exhaustifs, et ils ne représentent pas forcément des voies distinctes l’une de l’autre, mais ils visent à illustrer le type de questionnement qui
pourra être développé au cours de ces journées d’étude.

Appel à communications

L’association Philo’Doctes (http://philo-doctes.paris-sorbonne.fr/),
rattachée à l’Université Paris-Sorbonne, lance un appel à communications, destiné aux jeunes chercheurs intéressés à participer aux journées d’étude qui auront lieu le 30 et 31 mai en Sorbonne (Paris IV), autour du thème « Silence et langage » ici décrit.

Ces journées d’étude auront pour but de donner l’occasion à de jeunes
chercheurs, travaillant dans les différentes spécialités de la philosophie
(histoire de la philosophie, phénoménologie, philosophie analytique,
philosophie de l’esprit, philosophie de l’art, philosophie morale et
politique), de venir présenter leurs travaux et de confronter leurs
approches autour d’un thème commun, celui de « silence et langage ».

Les journées d’étude seront organisées autour des interventions de deux
conférenciers invités (chercheurs confirmés représentant différentes traditions de recherche dans la philosophie, dont nous aimerions pouvoir organiser le dialogue), et de jeunes chercheurs ayant répondu à cet appel à communications.

Les conférenciers invités sont : *Julia Tanney *(University of Kent)
et *Carmine Di Martino *(Università degli Studi di Milano).

Les propositions d’intervention seront à envoyer à l’adresse suivante :
journee.philo.doctes@gmail.com <philo.doctes@gmail.com>, *avant le 6 mars 2017 *(les modalités sont précisées ci-dessous). Sur la base des
propositions reçues et à l’issue d’un processus d’évaluation rigoureux et
anonyme, les chercheurs sélectionnés seront invités à faire une présentation de 30 minutes. L’association Philo’Doctes prendra en charge la restauration des intervenants sélectionnés au cours de la journée (le transport et l’hébergement restant à la charge des intervenants).

*A qui s’adresse cet appel à communications ?*

Cet appel à communications s’adresse aux jeunes chercheurs (mastériens, doctorants et post-doctorants) travaillant dans tous les domaines de la philosophie et désireux d’apporter leur contribution au thème « Silence et langage » qui sera l’objet de ces journées d’étude.

*Comment répondre à l’appel à communications ?*

Les jeunes chercheurs désirant participer à ces journées d’étude devront
nous adresser une proposition sous la forme d’un résumé de 2500 caractères environ, à envoyer à l’adresse mail journee.philo.doctes@gmail.com avant le 6 mars 2017, en mettant en titre du mail : « Proposition d’intervention journée d’étude ». Ce résumé devra décrire le projet d’intervention, en exposant les principales thèses qui seront présentées au cours de l’intervention ; le texte avec la proposition devra être anonyme, mais le mail devra contenir les informations suivantes sur l’intervenant : nom, prénom, numéro de téléphone, position actuelle, affiliation.

*Comment s’effectuera la sélection ?*

La sélection sera effectuée de manière anonyme par les membres de l’équipe Philo’Doctes et par les chercheurs invités, et sera ouverte à tout type d’approche dans les différentes spécialités de la philosophie. La sélection se fera principalement sur la base de la qualité des résumés, même si les choix pourront également être motivés par le désir de garantir une diversité d’approches et de thématiques au cours de ces journées. Les résultats du processus de sélection seront communiqués à la fin du mois de mars.

Pour toute question consulter la FAQ de la liste : http://www.philfree.org/article146.html ou envoyez un message � mailto:educasup.philo-request@ml.free.fr ?subject=faq